Declaration

Barcelone, 13 mars 2015

En nos qualités de maires, mairesses, présidents, présidentes et représentants politiques des métropoles européennes, nous nous sommes réunis à Barcelone pour débattre des défis et opportunités auxquels doit faire face la gouvernance des villes métropolitaines européennes.

Compte tenu du fait qu'en Europe plus de 70% de la population vit dans des aires urbaines et que ces territoires sont ceux qui génèrent les plus hauts niveaux de richesse, compétitivité, emploi, innovation et éducation, nous estimons que la force et la qualité des structures de gouvernance métropolitaine sont des facteurs déterminants pour garantir la cohésion sociale et la qualité de vie.

Nous considérons que la réussite des institutions métropolitaines est subordonnée au consensus politique, au leadership et à l'élaboration d'actions politiques sur des territoires en constante évolution, qui font face à de nouveaux besoins et qui promeuvent de nouvelles formes de participation citoyenne et de transparence.

Or les actions des gouvernements métropolitains ne sont pas toujours menées dans le cadre de modèles institutionnels bien définis, dans le cadre d'une répartition claire des compétences et avec les ressources nécessaires pour les mener à bien.

Malgré la métropolisation croissante du continent européen, l'importance qu'a sur la vie quotidienne des citoyens la nécessité de développer une gouvernance métropolitaine de qualité manque encore d'une reconnaissance explicite de la part des gouvernements nationaux ainsi que de l'Union européenne.

En conséquence, les villes et aires métropolitaines européennes réunies à Barcelone s'engagent à :
  1. Promouvoir et renforcer les relations politiques entre nos Métropoles européennes afin de nous positionner conjointement par rapport aux cadres réglementaires, aux compétences et aux financements qui doivent nous concerner.
  2. Mener le débat politique entre les leaders des métropoles européennes  et promouvoir la mise en œuvre  de projets partenariaux avec les acteurs économiques, les secteurs de l'enseignement ainsi que la société civile de nos territoires. La priorité est notamment donnée aux domaines de coopération suivants:
    1. création d'emploi,
    2. lutte contre l'exclusion sociale,
    3. croissance compétitive et intelligente,
    4. éco-durabilité et changement climatique,
    5. transport et mobilité,
    6. gestion du territoire,
    7. et positionnement international.
  3. Exiger de l'Union européenne qu'elle intègre de manière systématique et organisée les grandes villes et aires métropolitaines dans la préparation, la définition et la mise en œuvre des politiques européennes qui nous concernent et plus largement organiser un dialogue permanent Ville et Métropole / Union européenne sur les grandes questions et défis à venir pour le continent et ses habitants.
  4. Demander au Comité des Régions de recommander aux États membres de désigner un nombre plus important de représentants de grandes villes et métropoles européennes au sein des délégations nationales.
  5. Demander à l'Union européenne un traitement différencié dans la gestion des ressources du cadre financier 2014-2020 et au-delà, notamment concernant la gestion des Fonds Structurels et d'Investissement et des Fonds européens d'Investissements stratégiques (Plan Juncker).
  6. Promouvoir le transfert de connaissances, les bonnes pratiques en matière de gouvernance métropolitaine et les échanges d'expériences avec d'autres régions du monde et encourager les échanges avec les acteurs économiques, les secteurs de l'enseignement et la société civile de ces territoires.
  7. Travailler en coordination avec les réseaux et associations de gouvernements locaux qui représentent les intérêts des grandes villes et aires métropolitaines aux niveaux régional et mondial, notamment les associations Metropolis, Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), Eurocities, Metrex, Medcities et le Fonds Mondial de Développement des Villes, ainsi qu'avec d'autres organismes multilatéraux tels que l'Organisation pour la Coopération et le Développement Économique, les Nations Unies ou la Banque Mondiale.
  8. Faire adopter cette déclaration par les organes de gouvernement de chaque institution, la diffuser parmi les médias et en faire part à d'autres métropoles européennes pour qu'elles y adhèrent.
  9. Adresser cette déclaration aux instances de l'Union européenne et aux États membres.
  10. Organiser une nouvelle édition du séminaire European Metropolitan Authorities à la ville de Turin en 2016.
Déclaration du Barcelone 2015
Prova: $provaURL